Camille Devaux

« L’habitat participatif : de l’émergence d’une initiative habitante à son intégration dans l’action publique ».

Thèse en Aménagement et Urbanisme dirigée par Jean-Claude Driant, soutenue le 25 novembre 2013 à l’Université de Paris Est Créteil.

Résumé

Depuis le début des années 2000, émergent sous le vocable « habitat participatif » des initiatives portées par des groupes d’habitants désireux de concevoir et de gérer collectivement un programme immobilier au sein duquel ils disposeraient d’un logement privatif et partageraient des espaces. Des acteurs institutionnels tels que les collectivités territoriales et les organismes d’Hlm se sont progressivement saisis de ces projets d’abord circonscrits au milieu habitant pour conduire des actions en faveur de leur développement.

Cette thèse interroge les modalités selon lesquelles cette initiative habitante qu’est l’habitat participatif a émergé dans le champ de l’action publique pour y être à présent intégrée et faire l’objet d’un article dans la loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (ALUR). A l’issue d’une première partie de cadrage de la recherche, la genèse de l’habitat participatif en France est retracée, à partir de ses références et des acteurs qui le composent historiquement : les habitants. La thèse propose ensuite une analyse du processus de mise en politique de l’habitat participatif : l’origine de la convocation de la puissance publique, ses modalités et l’intérêt porté par les collectivités et les organismes d’Hlm à ces initiatives sont alors analysés. Le processus de mise en politique apparait alors avant tout comme tourbillonnaire. Des éléments précis quant à la traduction concrète de l’engagement des acteurs institutionnels sont avancés en dernier lieu et ouvrent sur une mise en débat des rapports entre acteurs-habitants et institutions.